Une étude approfondie des gravures d'époque nous amène à amender notre commentaire du message précédent : L'artilleur ne brandit pas un esponton, mais un porte-feu. Ainsi nous pourrons le conserver. Par contre, il semble que dans l'Artillerie à Cheval on n'utilisait pas de modèle en forme de trident, mais un modèle plus court. Il va donc falloir vérifier. Comme de plus la forme des flasques du canon est totalement fausse, et qu'il y a, selon les sources, plusieurs formes possibles, nous avons besoin de documentation supplémentaire. Nous avons donc commandé l'ouvrage "Die Artillerie Friedrichs des Grossen" qui semble être une référence en la matière. En attendant, nous allons mettre de côté l'Artillerie Prussienne pour nous consacrer à celle de l'Autriche, pour laquelle nous avons suffisamment de documentation.